Dopage au travail


Santé & Travail n° 101 - janvier 2018
couverture
Quelle médecine pour le travail ?
janvier 2018

"De plus en plus d'actifs ont une utilisation de produits psychotropes, légaux ou illégaux, soit pour tenir, soit pour dormir ou récupérer", a constaté Gladys Lutz lors du colloque "Liens entre le travail et les usages de psychotropes", qu'elle organisait à Montrouge (Hauts-de Seine) les 13 et 14 novembre dernier. "La question du lien entre organisation du travail et consommation de psychotropes n'est jamais posée", a-t-elle regretté, alors qu'"il y a urgence" à changer d'approche. "La France, dont la productivité horaire compte parmi les plus élevées au monde, est aussi le premier pays consommateur de psychotropes", a rappelé à cette occasion la psychologue Marie Pezé, responsable du réseau Souffrance et travail, qui accueille chaque année entre 1 000 et 1 500 patients. Son constat est sans appel : la situation est "catastrophique","la frénésie qui s'est emparée des organisations du travail oblige au dopage légal et illégal".

 Commenter cet article
J'ai déjà un compte, je m'identifie :

Mot de passe oublié?

Je n'ai pas de compte, je m'inscris :

Votre email :
Les trois derniers numéros



Votre email :

Je m'abonne et je commande



Offres d’emploi
    > Voir toutes les offres

    <a href="page.php?rub=99"><img src="pics/fr/mes-achats.gif" alt="Mes achats">

    Santé & Travail : Contacts | Qui sommes-nous ? | Informations légales | Signaler un contenu illicite
    Abonnements : 12 rue du Cap Vert 21800 Quetigny - Tel 03 80 48 10 25 - Fax 03 80 48 10 34 - accès au formulaire de contact
    Rédaction - Santé & Travail : Pôle information de la Mutualité française - 255, rue de Vaugirard - 75719 Paris Cedex 15
    01 40 43 34 73 - accès au formulaire de contact
    © Santé & Travail. Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées sur ce site est soumise à
    l’autorisation de : Santé & Travail. Ce site fait l’objet d’une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés sous le numéro 821101
    Santé et Travail/Accueil