Enseigner, un métier devenu pénible

Frédéric Lavignette
Santé & Travail n° 098 - avril 2017
couverture
Ces lobbies qui nous intoxiquent
avril 2017

Depuis dix ans, la FSU planche sur les évolutions et la pénibilité du travail des enseignants, pour tenter d'y apporter des réponses syndicales. L'organisation a dressé un bilan de ce chantier lors d'un récent séminaire, assorti d'un livre sur le travail syndical.

Les enseignants ont longtemps pensé qu'il était indécent de se plaindre de la pénibilité, leur activité étant plutôt assimilée à un métier intellectuel", témoigne Elizabeth Labaye, ex-secrétaire nationale du Syndicat national des enseignements de second degré (Snes).
De fait, ajoute-t-elle, "la culture de la santé au travail n'existait pas".
Depuis une dizaine d'années, toutefois, les langues des fonctionnaires se délient pour brosser un tableau peu reluisant de leurs conditions de travail.
Particulièrement dans l'enseignement.
Le chantier baptisé "Travail et syndicalisme" (voir "Repère") a contribué à libérer cette parole.


Votre email :
Les trois derniers numéros



Votre email :

Je m'abonne et je commande