Dopage au travail


Santé & Travail n° 101 - janvier 2018
couverture
Quelle médecine pour le travail ?
janvier 2018

"De plus en plus d'actifs ont une utilisation de produits psychotropes, légaux ou illégaux, soit pour tenir, soit pour dormir ou récupérer", a constaté Gladys Lutz lors du colloque "Liens entre le travail et les usages de psychotropes", qu'elle organisait à Montrouge (Hauts-de Seine) les 13 et 14 novembre dernier. "La question du lien entre organisation du travail et consommation de psychotropes n'est jamais posée", a-t-elle regretté, alors qu'"il y a urgence" à changer d'approche. "La France, dont la productivité horaire compte parmi les plus élevées au monde, est aussi le premier pays consommateur de psychotropes", a rappelé à cette occasion la psychologue Marie Pezé, responsable du réseau Souffrance et travail, qui accueille chaque année entre 1 000 et 1 500 patients. Son constat est sans appel : la situation est "catastrophique","la frénésie qui s'est emparée des organisations du travail oblige au dopage légal et illégal".

 Commenter cet article
Inscrivez votre adresse mail, nous allons vous envoyer votre mot de passe :
Je n'ai pas de compte, je m'inscris :

Votre email :
Les trois derniers numéros



Votre email :

Je m'abonne et je commande



Offres d’emploi
    > Voir toutes les offres

    <a href="page.php?rub=99"><img src="pics/fr/mes-achats.gif" alt="Mes achats">

    Santé & Travail : Contacts | Qui sommes-nous ? | Informations légales | Signaler un contenu illicite
    Abonnements : 12 rue du Cap Vert 21800 Quetigny - Tel 03 80 48 10 25 - Fax 03 80 48 10 34 - accès au formulaire de contact
    Rédaction - Santé & Travail : Pôle information de la Mutualité française - 255, rue de Vaugirard - 75719 Paris Cedex 15
    01 40 43 34 73 - accès au formulaire de contact
    © Santé & Travail. Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées sur ce site est soumise à
    l’autorisation de : Santé & Travail. Ce site fait l’objet d’une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés sous le numéro 821101
    Santé et Travail/Accueil